Acteur clé de la cybersécurité, NES poursuit sa croissance

Acteur clé de la cybersécurité, NES poursuit sa croissance

De plus en plus d’entreprises se tournent vers la digitalisation. Pourtant, les menaces de cyberattaques et de hacking restent nombreuses. NES, société spécialiste et précurseur en cybersécurité, alerte ses clients sur le besoin de solutions, mais aussi de réflexes au quotidien.

À l’heure du « tout informatique » et du « tout connecté », l’Internet des objets explose et les risques de cyberattaques augmentent. Le champ d’exposition à la malveillance ne cesse de s’élargir. Les facteurs de risques sont plus nombreux. C’est dans ce contexte que NES, entreprise fondée en 1999 et spécialiste de la cybersécurité en France, voit son activité croître. « Avec des foyers de risques plus importants, il faut mener de nouveaux sujets de réflexion. Les solutions traditionnelles ne suffisent pas, elles ne viennent pas à bout des attaques élaborées, assure son dirigeant, Raphaël Illouz. C’est pourquoi, il faut aussi tenir compte de l’importance de « l’humain » : quels sont les usages d’Internet, comment utilise-t-on les mots de passe, comment les stocke-t-on, faut-il ou non accéder à tel site, cliquer sur tel ou tel mail, etc. Il s’agit là de réflexes au quotidien et de bonnes pratiques. NES propose des approches innovantes intégrant des solutions, des services autour des process, des méthodes, de la sensibilisation des personnels mais également de la R&D permettant des protections intuitu personae. »

Un diagnostic à 360°

Pour financer sa croissance, NES a organisé une levée de fonds en 2016. Elle a fait notamment entrer à son capital Bpifrance, qui propose à l’entreprise de rejoindre l’Accélérateur PME. Ce programme sur mesure se donne pour objectif de soutenir les PME d’aujourd’hui pour en faire les ETI de demain. Épaulé par Bpifrance, Raphaël Illouz songe alors à tourner NES vers l’international. « Au lendemain de la levée de fonds, nous avons immédiatement bénéficié d’un accompagnement de Bpifrance. Lors d’un diagnostic complet, nous avons examiné, ensemble, les principaux organes organisationnels de NES comme la composante RH, la finance, le commerce… À partir de là, nous avons engagé des chantiers d’évolution et d’amélioration avec, entre autres, une ouverture à l’international », développe Raphaël Illouz. Grâce à Business France, le dirigeant espère approcher d’ores et déjà les entreprises du Luxembourg.

Poursuivre les efforts d’innovation

Parmi les autres conseils prodigués par Bpifrance, une nouvelle manière de piloter l’entreprise sur le plan financier et la mise en place de reportings plus rigoureux a été proposée. « Nous avons eu aussi un déclic concernant la création de postes clés de mid-management, que nous n’avions pas avant mais qui sont nécessaires pour soutenir notre croissance », partage Raphaël Illouz. NES peut ainsi envisager efficacement l’avenir, en mettant toujours plus l’accent sur l’innovation. Pour inciter ses collaborateurs à imaginer de nouveaux services, NES a accordé à certains consultants de disposer jusqu’à 15 % de leur temps. Après validation de leur manager, ils peuvent ainsi se consacrer à des projets de R&D validés par le management.

Source : L’USINE NOUVELLE, le 29 janvier 2018